Air Lib va revoir sa copie

Air Lib va revoir sa copie

Sans surprise, le gouvernement dit non au plan de restructuration d'Air Lib présenté le 20 décembre dernier. Le secrétaire d'Etat au transport, Dominique Bussereau ne veut pas éponger seul, les dettes du transporteur privé.Les représentants des 10 syndicats d'Air Lib ont été reçus jeudi matin au ministère des transports. Alors que l'avenir même de la compagnie est en jeu, il faudrait injecter 300 millions d'euros, les syndicats ont dénoncé le refus de leur direction d'informer les représentants du personnel. Une chose est sûre, les organisations syndicales savent que l'année 2003 sera des plus difficiles pour la compagnie. Dominique Bussereau, le secrétaire d'Etat aux transports a sans surprise rejeté le plan de restructuration que lui avait présenté le PDG Jean-Charles Corbet le 20 décembre dernier. Selon le secrétaire d'Etat, le "deal" n'a pas été respecté.
Dominique Bussereau a déclaré que le gouvernement “a demandé par courrier à Jean-Charles Corbet de présenter au gouvernement un véritable plan de restructuration avec un investisseur ou des investisseurs nouveaux mais en tous cas avec un investissement nouveau".
Pour Dominique Bussereau, "on ne peut pas considérer le fait que l'Etat fasse une croix sur le prêt de 30,5 M d'euros octroyé par le Fonds européen de développement, qu'il fasse une croix sur l'ensemble des 100 millions d'euros de charges et en plus qu'il apporte une nouvelle part dans l'investissement".
Reste que le secrétaire d'Etat aux transports ne ferme pas la porte. “Il y a encore une semaine pour que les choses avancent, mais on a voulu rappeler l'état d'esprit du gouvernement qui est de vouloir aider Air Lib, on ne fait pas une croix dessus, mais cela doit se faire avec des capitaux nouveaux" selon Dominique Busserau.

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire