Algues sargasses Ary CHALUS intervient

Algues sargasses Ary CHALUS intervient

Suite à la présence de sargasses et leur amoncellement dans les eaux et le littoral de l’Archipel, le Député Maire Ary CHALUS demande le classement de ce sinistre en catastrophe naturelle pour l’ensemble de la Guadeloupe. 

Le Député Maire Ary CHALUS a posé le 07 octobre 2014 une question au gouvernement, adressée à Madame la Ministre des Affaires Sociales sur les dispositions que comptaient prendre le Gouvernement sur les conséquences de cette arrivée massive sur la santé publique, sur l’économie, pêche et tourisme.

La réponse ne correspondant pas à la réalité du problème vécu au quotidien par la population et les socioprofessionnels, il a, de nouveau, interpellé le Gouvernement.

Cette seconde intervention est toujours sans réponse. Face à l’ampleur du phénomène et les conséquences induites par la présence de ces sargasses et leur amoncellement dans les eaux et le littoral de l’Archipel, le Député Maire demande le classement de ce sinistre en catastrophe naturelle pour l’ensemble de la Guadeloupe.

L’ampleur du sinistre exige, aujourd’hui, la reconnaissance, pour la Guadeloupe, de l’état de catastrophe naturelle. Cette reconnaissance d’état de catastrophe naturelle est le seul moyen qui permettra, sous l’autorité du Préfet et de l’ARS, aux Collectivités majeures, avec les Communes, l’Armée, le SMA, le SDIS, le SIPS de faire face, efficacement, à ce fléau, avec les moyens humains, financiers et logistiques conjugués de ces administrations, acteurs publics et institutionnels.

Vu l’extrême gravité de la situation, le Député Maire Ary CHALUS la mise en force des mesures analogues à celles retenues par l’Etat, dans le cadre du Plan mis en place en faveur de la Bretagne, afin de lutter contre l’infestation et la propagation des algues vertes.

Enfin et afin de faire face aux nuisances que subissent les habitants de Moudong et les entreprises de Jarry, il a été décidé de faire intervenir les Services Techniques et une entreprise spécialisée.

Les commentaires sont fermés.