Ça chauffe à l’ex-Méridien

Ça chauffe à l’ex-Méridien

Ils n'ont pas l'intention de se laisser faire. Le personnel licencié de l'hôtel Méridien après le plan social entend se battre jusqu'au bout. Il n’exclut d’ailleurs pas des perturbations dans l’établissement si ses revendications n’aboutissaient pas.L'administrateur judiciaire, en charge de ce dossier, avait prévu un paiement échelonné. Mais les employés ont exigé leur dû avant le 31 décembre. "Nous n'avons pas été payés régulièrement depuis le mois d'octobre et nous passons des fêtes de fin d'année sans un sou", expliquent-ils dans des tracts.

Après la cessation d'activité de la Société des Méridien Antilles (Soméra), 120 salariés, de Martinique et Guadeloupe, sont restés sur le tapis sur un effectif de 240.
S'il est vrai que ces licenciés bénéficient de la priorité d'embauche, comme le martèle le repreneur - qui a rebaptisé l'hôtel sous l'enseigne Kalenda Resort – , cette proposition est loin de satisfaire les licenciés. Ils exigent leur solde de tout compte au plus tard le 31 décembre.
Il faut dire que la liste des salariés qui n'ont pas été retenus a fait grincer des dents, notamment dans le camp du personnel qui faisait partie du comité de vigilance de l'ancien Méridien des Trois-Ilets. Les repreneurs ont également expliqué avoir tout mis en oeuvre pour accompagner le plan social. Les salaires, assurent-ils, seront payés. En attendant, ils se sont engagés dans une vaste politique commerciale pour que l'hôtel retrouve ses lettres de noblesse dans les deux îles.

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire