Environnement : un salon contesté

Environnement : un salon contesté

Les élus des Verts et de Combat ouvrier ont manifesté leur mécontentement face aux organisateurs d'un salon qualifiés d'affairistes déguisés en écolosL'inauguration officielle du premier Salon caribéen de l'environnement, qui devait se tenir mercredi a dû être reportée en raison du mouvement de grogne des Verts Guadeloupe, de Combat ouvrier et le comité des riverains de La Boucan, venus manifester face aux portes du World Trade Center de Jarry. Ils ont érigé des barrages faits de palettes et de vieux pneus devant les entrées du Complexe. Les associations protestataires rassemblées en collectif de défense de l'environnement jugent sévèrement les organisateurs, qualifiés "d'affairistes déguisés en écolos". En plein débat sur la gestion de l'eau en Guadeloupe, alors que le problème de la Grande rivière à Goyave reste pendant et que la décharge de Grand Camp se consume depuis 3 jours, un tel rassemblement est loin, à leurs yeux, de répondre aux vraies questions environnementales de l'heure. Selon Marie-Line Pierbakas, porte-parole des Verts, “nous sommes en pleine négociation avec les organisateurs de ce salon, afin que nous puissions faire entendre notre voix correctement et qu'à l'ordre du jour de ce salon, on mette les véritables problèmes qui asphyxient actuellement la Guadeloupe”. L'organisation du salon s'est déclarée prête à accueillir le débat sur ce thème. Harry Durimel, secrétaire général des Verts Guadeloupe, considère que la société organisatrice doit “ancrer son action dans la réalité guadeloupéenne. On ne peut venir organiser un salon ici comme s'il s'agissait d'une bulle, dans l'indifférence de nos véritables préoccupations du moment. M. Dorville est là pour tropicaliser les échanges au sein de ce salon Les associations, les gens qui militent au jour le jour pour l'environnement avec de faibles moyens ont envie d'être entendus, notamment par les autres caribéens présents. Les organisateurs, s'ils sont véritablement de bonne foi comme ils l'affirment, doivent les intégrer au salon… Nous voulons que les invités caribéens ne voient pas seulement la vitrine de la Guadeloupe, mais aussi l'arrière-boutique.”

D.R.

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire