Fin de la grève au CHU

Fin de la grève au CHU

Entamé le 25 novembre dernier, le mouvement de grève de l'UTS-UGTG a pris fin le 27 décembre au soir. 200 postes seront créés et les 35 heures de travail hebdomadaires vont entrer en application au 1er janvier.Outre l'application des 35 heures, conformément au protocole d'accord signé le 5 juillet dernier, l'UTS-UGTG réclamait la création de 506 postes. Le syndicat en obtient donc bien moins de la moitié.
Cette grève, qui intervenait une semaine après celle de la CGTG santé, a été marquée par le séjour en Guadeloupe d'une mission d'évaluation dépêchée par le ministère de la santé. Une mission prévue fin janvier 2003, mais qui a débarqué le 17 décembre, à la demande de Gabrielle Carabin, la députée UMP. Au vu des premières conclusions des émissaires de Paris, l'UTS-UGTG n'avait pas caché sa déception, estimant que la situation dans laquelle se trouvait le centre hospitalier universitaire de Pointe-à-Pitre/Abymes n'était pas suffisamment prise en compte.
Le 9 décembre, une délégation du conseil d'administration du CHU, conduite par son président Jacques Gillot, avait été reçue à Paris par la ministre de l'outre-mer et le directeur de cabinet du ministre de la santé. Un dossier de modernisation de l'hôpital public avait été présenté, avec un plan de financement qui s'élève à 21 millions d'euros.
En tant que président du conseil général, Jacques Gillot avait par ailleurs rencontré le 28 novembre Lucette Michaux-Chevry, son homologue du conseil régional, afin que celle-ci intercède en sa faveur auprès des deux ministres. Affinités UMPiennes obligent...

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire