Grève des communaux : les maires veulent négocier

Grève des communaux : les maires veulent négocier

Menés par Julien Chovino, le président de l'Association des maires, un certain nombre d'édiles entendent négocier avec l'UTC-UGTG eu égard à la grève qui touche une vingtaine de communes de l'archipel.Après le Lamentin, Morne-à-l'Eau, Petit-Bourg, Sainte-Anne, Désirade, d'autres et surtout Petit-Canal - où la grève aura duré près de 8 mois -, l'UTC-UGTG a repris son tour de grèves dans les communes. C'est ainsi que les perturbations ont repris dans un certain nombre de mairies depuis lundi 27 janvier, notamment Baie-Mahault, Désirade, Sainte-Anne ou Pointe-Noire. Comme à l'accoutumée, ce sont principalement les services de l'Etat-civil et les cantines qui sont perturbés, même si le syndicat ne mobilise plus autant ses troupes, en dépit de la vingtaine de mairies touchées par le mouvement...
Pour Guy Suzannon, le secrétaire général de l'UTC-UGTG, il s'agit de réitérer les revendications du syndicat concernant le respect et l'application de la loi de 1984 sur le statut des agents communaux, s'agissant notamment des emplois précaires. Les discussions entamées avec les pouvoirs publics sont restées au point mort.
On se souvient de l'échec d'une rencontre initiée par Julien Chovino, le président de l'Association des maires et par ailleurs chef d'édilité de Morne-à-l'Eau, entre les maires et les organisations syndicales. Seule une poignée d'élus avait répondu à l'appel et l'UTC-UGTG, vexée, avait quitté, avec fracas, la table des négociations. Depuis, plus rien...

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire