Le professeur Bertène Juminer n’est plus

Le professeur Bertène Juminer n’est plus

L'ancien recteur d'académie et agrégé de médecine, Bertène Juminer, est décédé, mercredi soir, à son domicile, à Trois-Rivières. Il avait pris naissance à Cayenne (Guyane), il y a 76 ans, mais avait passé l'essentiel de sa jeunesse en Guadeloupe.Les Antilles et la Guyane ont perdu un grand homme, mercredi, aux environs de 22 h 30, à son domicile, à la cité Bellemont, à Trois-Rivières, en la personne de Bertène Juminer. Agrégé de médecine, recteur de l'académie des Antilles et de la Guyane de 1982 à 1987, le monde de l'éducation se souvient de lui comme celui qui a fait entrer le créole à l'école. Bertène Juminer a également été membre de l'UNESCO.
Bertène Juminer a été l'auteur de plusieurs ouvrages dont Les bâtards, son premier, qui avait été préfacé par Aimé Césaire. Au terme de son activité dans l'administration, il s'est trouvé des occupations dans la vie associative, politique et culturelle. Ce besoin de contribuer à l'essor de la Guadeloupe l'avait conduit à devenir vice-président du conseil économique et social régional de la Guadeloupe, président du conseil d'administration de la Société immobilière de la Guadeloupe, président du conseil scientifique de l'observatoire régional de la santé en Guyane, président de l'Association de gestion et d'animation, médiateur académique.
Il participa activement aux manifestations du 150e anniversaire de l'abolition de l'esclavage. Une vie bien remplie, qui avait débuté à Cayenne, mais l'avait conduit également au Sénégal où il s'est engagé politiquement et où il a fait partager son savoir aux étudiants de la faculté de médecine de Dakar.
Né de père guyanais et de mère guadeloupéenne, il était profondément attaché aux départements français d'Amérique.
Une veillée, vendredi soir, à l'espace funéraire Arca, à Basse-Terre, et une cérémonie religieuse, samedi après-midi, toujours à Basse-Terre, permettront à ceux qui l'ont connu de saluer sa mémoire. Il sera incinéré, lundi, au crématorium de Blanchet, à Morne-à-l'Eau.

Guillaume Alexandre

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire