Les ouvriers de l’usine Gardel arrêtent le travail

Les ouvriers de l’usine Gardel arrêtent le travail

Un grain de sable est venu perturber la belle mécanique de la récolte sucrière, avec un débrayage observé depuis, ce lundi, à l'usine Gardel, au Moule.Un différend opposant les salariés de l'usine Gardel à leur direction, concernant le recrutement d'un formateur technique, est à l'origine d'un débrayage observé depuis 7 h, ce lundi. Les ouvriers affiliés à l'Union générale des travailleurs de la Guadeloupe contestent, en effet, le choix porté sur ce formateur après le départ d'un autre technicien qui semblait davantage convenir à leurs attentes. Interrogé sur RFO, radio Guadeloupe, Manuel Bisram, délégué syndical, estime que ce technicien ne leur apportera rien. Mais pour lui, c'est « la goutte d'eau qui fait déborder le vase », puisque dit-il : « Nous avons un certain nombre de points qui n'avaient pas été discutés, durant les négociations annuelles obligatoires de branche, et qui devaient être abordés en interne. ». Il s'agit pour les grévistes de souligner l'importance du comité d'entreprise dans l'unité sucrière et la nécessité de tenir compte de l'avis du personnel avant de prendre toute décision, mais aussi de profiter de cette action pour mettre ces points de revendications sur la table des discussions.
Une fois de plus, ce sont les planteurs qui risquent de souffrir de ce conflit, qui devrait, malgré tout, trouver une issue rapide compte tenu de la volonté affichée de chacun, lors des dernières négociations annuelles obligatoires, de faire de la récolte sucrière un succès.

Guillaume Alexandre

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire