Marie-Galante : le comité interministériel doit entériner l’accord

Marie-Galante : le comité interministériel doit entériner l’accord

Le texte signé entre l'Etat, la Région et les dirigeants de la sucrerie de Grand'Anse a été examiné ce 30 octobre par un comité interministériel.La signature d'un accord entre l'Etat, la Région et la direction du groupe Erstein, gestionnaire de l'usine de Grand'Anse a levé les derniers obstacles à la pérennisation de l'activité de la sucrerie marie-galantaise. Ce texte réactivant les plus grands espoirs des partenaires locaux de la filière pour la prochaine récolte sucrière devait être entériné ce 30 octobre à Paris au cours d'un comité interministériel. Athanase Coquin, président de la SICAMA, attend avec une impatience mêlée d'incertitude le verdict gouvernemental, tout en précisant : "Nous pensons que les partenaires financiers qui apporteront l'argent permettant d'assurer la prochaine récolte mettront aussi en place les garde-fous nécessaires pour contrôler son utilisation, et mieux informer aussi les planteurs sur le fonctionnement interne de l'usine. D'après mes informations, le groupe Erstein sera amené à s'engager sur un certain nombre de propositions que lui fera l'Etat, de façon à les respecter. Les planteurs auront un droit de regard sur tout cela." Planteurs et syndicats concernés attendent donc de connaître l'exact contenu de cette convention avant de se prononcer et de lever les dernières inquiétudes qui planent sur l'avenir de l'outil industriel. Seule certitude, pour l'heure : un nouveau directeur général sera nommé au sein de l'usine, afin de gérer le quotidien.

Daniel Rollé

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire