Meurtre au paradis, c’est fini ?

Meurtre au paradis, c’est fini ?

La première saison de la série policière franco-anglaise, Meurtre au paradis, se termine ce mercredi, après cinq mois de tournage sur le site du presbytère de Deshaies, transformé depuis avril en commissariat de police. C'est maintenant l'heure du bilan. 66 techniciens guadeloupéens ont été embauchés ; un millier de figurants (dont un tiers de Guadeloupéens) ont été recrutés ; alors que deux acteurs locaux (Dominique Bernard et Laurence Joseph), parlant anglais couramment, ont pu être engagés... La production estime avoir dépensé 4,5 millions d'euros sur le territoire, sur les 11,5 millions d'euros prévus au budget de cette première saison. La diffusion des huit premiers épisodes de Meurtres au paradis est prévue en octobre sur la BBC, puis en février ou mars sur France Télévision. La série devrait être regardée dans 70 pays.
Inspirée de la tradition policière anglaise enfantée par Agatha Christie, Meurtre au paradis (titre original : Death in paradise) est l'histoire d'un détective britannique, Richard Poole, envoyé sur une île des Caraïbes pour enquêter sur le meurtre d'un policier anglais.
Alors, y aura-t-il d'autres séries avec la Guadeloupe en toile de fond ? On en saura plus, en novembre prochain, si une nouvelle commande pour d'autres saisons, sera enregistrée. Si c'est le cas, la production reviendra en Guadeloupe, où toutes les infrastructures sont déjà en place.

Julie

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire