Sécheresse et coupures d’eau : le cauchemar des familles

Sécheresse et coupures d’eau : le cauchemar des familles

A trois semaines de grève de la Générale des eaux s'ajoutent des conditions climatiques marquées par la rareté des pluies. De nombreuses familles, notamment en Grande-Terre, souffrent de la pénurie du liquide vital.Les salariés de la Générale des eaux, affiliés à la Confédération générale des travailleurs de la Guadeloupe, et la direction de l'établissement n'ont toujours pas trouvé un accord dans le conflit qui les oppose depuis trois semaines. Par conséquent, la grève se poursuit. La semaine dernière, les coupures d'eau se sont multipliées et les choses ne devraient pas s'arranger. Sauf si les négociations qui se poursuivent, ce lundi, entre les deux parties, sous la médiation d'Amélius Hernandez, président du Syndicat intercommunal d'assainissement de la Guadeloupe, trouvent une issue rapide.
Sans solution à ce conflit qui porte sur un différend lié la caisse de congés payés à laquelle les salariés doivent cotiser, la situation ne sera que plus pénible pour les familles, en particulier celles de la Grande-Terre. D'autant plus que les techniciens de Météo France se montrent particulièrement pessimistes s'agissant de l'arrivée de pluies dans les jours à venir.
Les prévisions des météorologues ont ainsi incité la préfecture à maintenir et à renforcer le dispositif de coupures tournantes mis en place il y a quelques jours, afin de permettre à certains foyers de bénéficier d'une distribution d'eau minimale, en particulier dans le nord Grande-Terre, particulièrement défavorisé. Désormais, les coupures d'eau ne dureront plus douze heures, mais vingt-quatre heures.

Guillaume Alexandre

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire