Sécheresse : le Conseil général prépare l’avenir

Sécheresse : le Conseil général prépare l’avenir

La gestion de l'eau, cruciale en cette période de sécheresse, était l'essentiel sujet de préoccupation des élus lors de leur dernière session plénièreRéunis en assemblée plénière jeudi après-midi, les élus du Conseil général se sont penchés quasi exclusivement sur la sensible question de l'eau et de sa gestion publique, en cette période d'intense sécheresse pénible pour tous, agriculteurs comme particuliers. Tenant compte des recommandations des associations écologistes locales qui réclament davantage de cohérence dans la gestion du liquide vital, les conseillers généraux ont entendu le rapport d'une commission ad hoc, chargée de réfléchir aux solutions urgentes à mettre en place afin de limiter les dommageables effets de la sécheresse ambiante. La recherche de moyens durables assurant une efficace gestion de cette ressource essentielle à la vie pourra s'appuyer sur deux structures nouvelles : le schéma directeur d'aménagement et de gestion des eaux, chargé de prévoir et de satisfaire les besoins publics en eau, ainsi que de développer une politique de sécurité des approvisionnements (gestion des risques naturelles) ; et un Office de l'eau, chargé de l'étude et du suivi de la ressource. Le schéma, piloté par le Département, devra assurer la viabilité de plusieurs projets : construction d'une retenue de 900.000 m3 d'eau à Moreau pour 3,8 millions d'euros, édification d'une autre retenue d'un million 750.000 m3 à Bras-David pour un coût de 14,5 millions d'euros (qui pose problème en raison de l'opposition farouche manifestée par le Parc national), ainsi que la construction d'une retenue de près de 4 millions de m3 sur le site de Trianon. Si tous ces projets voyaient le jour, la capacité de stockage en eau de la Guadeloupe serait portée à près de 6,5 millions de m3, soit 29 jours de consommation.

D.R.

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire