“TOC, TOC” : la recette du rire selon Courtes Lignes

“TOC, TOC” : la recette du rire selon Courtes Lignes


L'affiche de la pièce de théâtre.

Les TOC, ce sont les troubles obsessionnels compulsifs. C’est le thème “fil rouge” d’une comédie hilarante signée Roland Baffie. Après un succès international jamais démenti, la pièce de théâtre arrive sous nos latitudes par la grâce de la Compagnie “Courtes Lignes”. À découvrir sans tarder dès ce soir et jusqu’au 8 mars, au ciné-théâtre du Lamentin… pour commencer.

“TOC, TOC”, la nouvelle recette anti-crise de Laurent Baffie, promet une déferlante de rires en rivage tropical, tant le comique de situation et les dialogues qui font mouche menacent de plier en deux les spectateurs attendus, dès ce soir, au Ciné-théâtre du Lamentin.

Face à une troupe de comédiens dont le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils ont chacun une sérieuse “araignée au plafond”, le public de Guadeloupe, mais aussi de Martinique, où la pièce est également programmée (courant mai), devra s'accrocher à ses accoudoirs de fauteil.

La version concoctée par la Compagnie “Courtes Lignes”, de Claude-Georges Grimonprez, entouré de 6 partenaires tous plus “allumés” les uns que les autres, promet en effet son pesant d'éclats de rire, à consommer avec l'immodération de rigueur, en ces temps de disette morose.

Thérapie de groupe

Le synopsis - on dirait le "pitch", si on voulait faire "djeun" - pose sans détour le décor. Spécialiste mondialement reconnu des T.O.C (troubles obsessionnels compulsifs), le Dr Stern est attendu en son cabinet par six patients, tous gravement atteints, mais avec des variantes comportementales plutôt… désopilantes.

Les TOC, on en rit généralement, sauf quand on y est directement confronté. C’est le cas de Fred (Claude Grimonprez), un digne monsieur ponctuant ses phrases d’insultes incontrôlables et d’autant plus gênantes. Vincent (David Couchet) ne peut s’empêcher de calculer mentalement sur tout et n’importe quoi. Chez Marie la bigote (Anne-Marie Clerc), la manie de tout vérifier s’accompagne de pensées bien peu… catholiques. Quant à Blanche-la-bien-nommée (Carole Raboteur), sa maniaquerie de la propreté la pousse à se laver les mains en permanence. Lily (Christelle Samson), pour sa part, répète deux fois chacune de ses phrases, sans même s’en rendre compte… Enfin, Bob (Fabien Minatchy) ne supporte que la symétrie en toute chose !

De quoi sérieusement occuper l’assistant (Hervé Laurent) du fameux Dr Stern, qui fait patienter comme il peut les patients de l’éminent thérapeute, bloqué à Francfort par les aléas du transport aérien. Jusqu’à la thérapie de groupe improvisée par les protagonistes d’une salle d’attente secouée de Tocs en tout genre…

Un festival de gags

L’humour décapant de Laurent Baffie, non dépourvu d’esprit de tolérance toutefois, innerve une pièce que son auteur a créée en 2005, au Théâtre du Palais Royal, à Paris, où elle a été jouée pendant deux ans et demi. Avant de faire le bonheur du public de Belgique, d’Espagne, du Québec, et tout récemment d’Argentine, où on lui a réservé un triomphe.

Là voilà maintenant en Guadeloupe, dès ce soir au Ciné-Théâtre du Lamentin (jusqu’au 8 mars).

Une bonne occasion, pas si fréquente en temps de crise, de partager une franche tranche de bonne humeur, face aux situations comiques – mais sans méchanceté – générées par ce rassemblement de tocs, phobies, obsessions ou manies entrecroisées.

Ce revigorant festival de gags est porté par une troupe “Courtes Lignes” à son meilleur, qui vous fera chavirer sans aucun temps mort… Sinon de rire, cela va de soi !

D’autres dates sont d’ores et déjà programmées, sur plusieurs sites. À consulter ici.

Daniel ROLLÉ

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire