Un militant de l’UGTG incarcéré

Un militant de l’UGTG incarcéré

Gabriel Bourguignon, le militant indépendantiste de l'UGTG interpellé jeudi 14 lors des événements de la SARA, la raffinerie des Antilles, à Jarry, a finalement été placé en détention samedi 16, à l'issue de sa garde à vue.Quatre chefs de mise en examen ont été retenus contre lui. A l'annonce de son incarcération, une centaine de militants du syndicat était rassemblée devant le tribunal de Pointe-à-Pitre. Mais aucune réaction violente n'a été signalée. L'UGTG tiendra une conférence de presse ce lundi matin sur le piquet d'Arnouville à Petit-Bourg. Une prise de parole qui donnera le ton de la semaine à venir.

La garde à vue de Gabriel Bourguignon, ce militant nationaliste, activiste notoire qui s'est joint aux militants de l'UGTG, jeudi 14, pour semer le trouble à la SARA, le dépôt de carburant de Jarry, à Baie-Mahault, s'est achevée samedi 16 en fin de matinée. Elle a débouché en milieu d'après-midi, ce même jour, sur la mise en examen de l'individu pour tentative de destruction volontaire par incendie dans des conditions particulièrement dangereuses, voie de fait, violence sur agent de la force publique et rébellion en réunion. Gabriel Bourguignon a été provisoirement placé en détention dans l'attente du débat contradictoire prévu ce mardi 19. Le parquet de Pointe-à-Pitre avait requis son incarcération. L'homme était connu des services de police pour son implication durant les années 1980 dans les attentats à la bombe commis par l'équipe de Luc Reinette à l'époque du MPGI. Interpellé puis inculpé, il avait ensuite été amnistié.

Alors que le militant indépendantiste, désormais en détention, était présenté devant le parquet de Pointe-à-Pitre, une centaine de syndicalistes de l'UGTG était rassemblée devant le parvis de l'église Saint-Pierre et Saint-Paul, devant le tribunal de grande instance pointois. Mais aucun incident n'a été signalé.
Samedi, en fin d'après-midi, on s'inquiétait sur place, de la réaction des militants de l'UGTG dans la soirée. Une inquiétude justifiée par le fait que des heurts éclataient, jusqu'ici, très rapidement dans le centre-ville de Pointe-à-Pitre dès lors qu'un membre de l'UGTG faisait l'objet d'une mesure de placement en détention.
Gabriel Bourguignon a été interpellé jeudi 14 dans l'enceinte de la SARA, la Société de raffinerie des Antilles, à Jarry, après que plusieurs dizaines de militants du syndicat aient pénétré dans le dépôt de carburant et ouvert les vannes des camions-citernes en stationnement, déversant près de 10 000 litres de carburant tout en menaçant d'y mettre le feu avec un briquet.
Cette action de force à la SARA avait conduit les forces de l'ordre à intervenir violemment pour stopper les UGTGistes dans leur opération destruction dont les conséquences auraient pû être particulièrement graves. Lors de l'intervention, trois gendarmes ont été blessés dont un grièvement avec une double fracture à la mâchoire. Sept militants de l'UGTG ont également été blessés au cours de ces affrontements à Jarry, mais le syndicat n'en a reconnu que deux.
L'UGTG avait appelé il y une huitaine de jours à une semaine d'action dont l'apogée était censée être une grève générale jeudi et vendredi, en soutien aux quatres salariés de la station-service Texaco/la Retraite qui veulent la gérance de ce point de vente de carburant. Ce à quoi s'est opposé la direction de la compagnie pétrolière. Samedi soir, il était encore difficile de faire le plein d'essence, l'approvisionnement des stations étant toujours perturbée à cause de cette mobilisation limitée en fait au secteur des produits pétroliers.

J.D.

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire