Un pompier au tribunal

Un pompier au tribunal

Le pompier Patrick Blanchard, qui a renversé un camion anti-incendie le 25 février 2002, vient de comparaître devant le tribunal de St-Barth. Le procureur de la République estime que le pompier a commis 2 infractions.Le juge a suivi la demande de l'avocat d'une victime qui souffre d'une incapacité temporaire de travail (ITT) de plus de 3 mois, qui a fait valoir, en accord avec le procureur, que le tribunal n'était pas compétent. L'affaire peut aller devant le tribunal correctionnel où les peines sont plus lourdes.

Le 25 février 2002, lorsque Patrick Blanchard, âgé de 25 ans, se met au volant de son camion anti-incendie pour aller éteindre une maison en feu, il ne se doute pas que celà va lui attirer les pires ennuis. En manoeuvrant sur le terrain pentu, le camion citerne chargé de 1.600 litres d'eau se renverse, prend feu et vient percuter une maison qui à son tour s'enflamme. Les pompiers arrivent à s'extraire du camion et un locataire de la maison qui vient d'être percuté, est blessé à la hanche. Si les victimes de l'accident ne portent pas plainte, le procureur de la République poursuit Patrick Blanchard pour qu'il réponde de cet accident. Deux infractions pouvant entraîner des contraventions de cinquième classe lui sont reprochées. L'article R 413-17 du code de la route lui indique qu'il a omis d'adapter sa vitesse aux difficultés de la circulation ou aux obstacles prévisibles, alors que l'article R 625-2 du code pénal lui reproche d'avoir porté atteinte à l'intégrité physique des victimes.
L'avocat d'une victime, dont l'ITT serait supérieure à 3 mois, a estimé que le tribunal était incompétent dans cette affaire, et le juge Pradier s'est désisté au profit du tribunal correctionnel. Si le jeune Patrick Blanchard est traduit devant cette juridiction, les peines encourues seront d'un autre ordre. Pour la première infraction, il peut avoir une suspension de permis pour une durée maximale de 3 ans et une amende pouvant atteindre 1.500 euros. La seconde infraction peut l'amener en prison pour une durée maximale de 2 ans et lui infliger une amende pouvant atteindre 30.000 euros, pour avoir porté atteinte à l'intégrité physique d'une personne ayant entraîné une ITT supérieure à 3 mois. Les pompiers venus en tenue manifester leur soutien à leur jeune collègue se déclarent inquiets quant à l'avenir de leur profession. Contacté par téléphone, Patrick Blanchard, qui fête son anniversaire, est choqué, selon un de ses camarades, et n'a pas souhaité s'exprimer sur les suites de cette affaire.

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire