Viol en réunion : 5 collégiens en cause

Viol en réunion : 5 collégiens en cause

Après celui du Raizet, c'est au tour du collège Maurice Satineau de Baie-Mahault d'être au centre d'une affaire de viol collectif. Mais il semble que la victime était consentante.Parmi les 5 mineurs qui ont été déférés devant le parquet de Pointe-à-Pitre, jeudi 30 janvier, dans le cadre de l'affaire d'agression sexuelle commise dans un squat proche du collège Maurice Satineau, à Baie-Mahault, figuraient non seulement ses auteurs présumés mais aussi la supposée victime. Les auditions ont permis, en effet, de mettre en lumière que la jeune fille était consentante. Ce qui a conduit le magistrat instructeur a ouvrir finalement deux informations judiciaires. L'une pour corruption de mineurs à l'encontre des 4 jeunes initialement soupçonnés d'agression sexuelle. L'autre, pour dénonciation calomnieuse, contre la prétendue victime.
Tous les protagonistes de l'affaire ont été laissés en liberté, sous contrôle judiciaire. Mais l'enquête se poursuit pour en savoir plus sur la vie du "château", cette maison abandonnée située non loin de ce collège et que les adolescents du coin utilisent depuis quelques temps pour assouvir leurs bas instincts.
Quelques jours auparavant, les 7 élèves du collège du Raizet, soupçonnés de viol collectif sur une jeune fille de l'établissement, ont été remis en liberté sous contrôle judiciaire par le juge d'instruction, qui a choisi de ne pas s'en remettre au juge des libertés et de la détention. Le parquet, lui, avait demandé le placement en détention de 4 collégiens et le contrôle judiciaire pour les trois autres.

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire