Prêts pour la saison cyclonique

Prêts pour la saison cyclonique

PLAN ORSEC. Vendredi dernier se tenait à la Collectivité la grand messe annuelle permettant de faire le bilan des moyens à disposition pour gérer une situation de crise en cas de phénomène majeur, « le meilleur moyen de se protéger restant l’anticipation ».

La réunion préparatoire à la saison cyclonique, qui rassemblait tous les acteurs de crise, se tenait vendredi dernier à l’hôtel de la Collectivité à l’initiative de Louis Fleming, conseiller territorial en charge du plan Orsec, et de la préfecture.

Se préparer à une saison cyclonique particulièrement active

Un rendez-vous d’autant plus attendu cette année que la saison s’annonce particulièrement active. Mais « nous sommes bien préparés et nous avons les moyens de faire face à la situation » se félicitait Francis Goutenoir, adjoint au chef de cabinet du préfet de Saint-Martin. Francis Goutenoir a rappelé le rôle de l’État dans la gestion d’une catastrophe naturelle, le préfet délégué étant à Saint-Martin la seule autorité qualifiée pour évaluer la nécessité de déclencher le plan Orsec.

En la matière, c’est Météo France qui reste la source de référence et assiste le préfet dans sa prise de décision pour évaluer les niveaux d’alerte. « La Collectivité a fait un travail approfondi », se félicitait l’adjoint au chef de cabinet, pour qui « il est important de faire remonter l’information la plus précise », afin que le préfet dispose d’une cartographie détaillée pour identifier les éventuelles carences ; « lorsque nous avons connaissance de tel ou tel problème, on peut anticiper pour engager d’autres moyens », ajoutait-il.

Cette réunion préparatoire était donc essentielle pour l’État, qui dispose d’un bilan précis : « vous êtes nos yeux et nos oreilles », était-il précisé à tous les acteurs présents vendredi dernier, chacun ayant présenté à tour de rôle ses dispositifs respectifs de gestion de crise. Il était également rappelé que l’État à Saint-Martin est en liaison avec le Centre Opérationnel de Gestion Interministérielle des Crises (COGIC), le cas échéant.  

Sensibiliser la population

La Collectivité et l’État souhaitaient également rappeler à la population, l’importance capitale de respecter les différentes phases d’alerte à l’approche d’un cyclone. « Les gens qui ne respectent pas les phases de confinement se mettent en danger et impactent le fonctionnement des services de secours », rappelait fermement le conseiller territorial, Louis Fleming. Il était également stipulé que les niveaux d’alerte (jaune, orange, rouge, violet, gris), constituent le cadre légal pour déterminer les responsabilités en cas d’incident, d’où l’importance de respecter les consignes inhérentes à chaque phase.

Les messages de sensibilisation portaient également sur la nécessité d’inciter la population à se former : « en cas de phénomène majeur, nous risquons d’être livrés à nous-mêmes. Il est donc capital qu’un maximum de personnes puissent connaître les gestes de sécurité civile », précisait Francis Goutenoir, rappelant que le guide de préparation aux situations d’urgence peut-être consulté sur le site internet de la préfecture http://www.saint-barth-saint-martin.pref.gouv.fr.

En toile de fond, planaient également les enjeux d’une gestion de crise en cas de séisme ou de tsunami. La liste des neuf abris cycloniques ayant été délivrée à la presse, nous la publierons prochainement.

D.G.

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire