Martelly salue l’élection de Maduro, contestée par Capriles

Martelly salue l’élection de Maduro, contestée par Capriles


La Commission électorale nationale a donné Nicolas Maduro vainqueur de l'élection présidentielle au Venezuela, avec 50,66% des voix, lundi 15 avril.

Le président haïtien Michel Martelly a salué, lundi, l’élection de Nicolas Maduro, le chef d’État par intérim du Venezuela, qui a proclamé sa victoire à la présidentielle, après avoir été déclaré vainqueur par le Conseil national électoral (CNE) avec 50,66 % des voix. Un résultat contesté par le candidat de l’opposition.   

Le président Michel Joseph Martelly n’a pas attendu le recomptage des bulletins au Venezuela pour transmettre ses plus vives félicitations à Nicolas Maduro.

Le Chef de l'État haïtien a profité de l'occasion pour formuler ses vœux de succès au président élu de la République Bolivarienne du Venezuela, au moment d'assumer ses nouvelles fonctions.

Poursuivre la coopération bilatérale

« Le président Martelly, au nom du gouvernement et du peuple d'Haïti, réaffirme son engagement à maintenir et à consolider les relations cordiales qui ont toujours caractérisé l'histoire des deux pays », lit-on dans un communiqué du bureau de communication de la présidence.  

Le président Martelly espère que la coopération bilatérale entre la République Bolivarienne du Venezuela et Haïti va se poursuivre et se renforcer sous cette nouvelle administration.

Devant la foule de ses partisans réunis à Caracas, Nicolas Maduro a qualifié sa courte victoire de  "juste, légale et constitutionnelle". Il a cependant accepté  un recomptage des votes exprimés toute la journée du dimanche 14 avril, pour lever tout doute sur le résultat du scrutin. 

3 200 incidents relevés au cours du scrutin

Le candidat de l'opposition, Henrique Capriles, qui a obtenu, 49,07 % des suffrages, a refusé de reconnaître la victoire du dauphin de Hugo Chavez. "Nous n'allons pas reconnaître un résultat avant que chaque bulletin des Vénézuéliens ne soit recompté, un par un", a déclaré M. Capriles. 

"Le perdant aujourd'hui, c'est vous, et je vous le dis fermement", a martelé le candidat de l'opposition au vainqueur déclaré, brandissant un document recensant 3 200 incidents relevés dimanche "au cours du processus électoral".

L'unique représentant de l'opposition membre du CNE, Vicente Diaz, a également demandé que 100 % des voix soient recomptées, ce qui a été accepté par le président proclamé.

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire