Pêche : lutte sans merci au sein du SAPEM

Pêche : lutte sans merci au sein du SAPEM


yoles de pêche

L'état de guerre est quasiment déclaré au sein du SAPEM (Syndicat des Artisans Pêcheurs et Eleveurs Marins). Eugène Eustache-Rools estime toujours être son président et ravive les tensions en convoquant une assemblée générale, le 4 mars prochain.

Pour Eugène Eustache-Rools, il est toujours président du SAPEM. Il s'appuie sur l'article 7 des statuts de l'organisation syndicale, qui précisent que toute démission doit se faire par écrit. Ne l'ayant pas fait, il se considère toujours en exercice. Autre son de cloche du côté de Bertrand Cambusy, qui a soutenu la nomination de Roger Félicité à la tête du SAPEM.

Bertrand Cambusy précise qu'un président peut être déchu sur décision de l'assemblée générale.

Une décision politique ?

Certains le pensent. Le fait que Serge Letchimy se soit fait accompagner par Eugène Eustache-Rools, au sein de la délégation qui fut reçue à Paris, a provoqué la colère de B. Cambusy. Eugène Eustache-Rools argumente, en disant que cette décision était tout à fait normale, étant président du syndicat.

M. Eustache-Rools dit ne pas pouvoir intenter une action en justice, puisqu'il est toujours président, selon lui. Il donne donc rendez-vous aux marins-pêcheurs le 4 mars, lors de l'assemblée générale qu'il a provoqué, afin de donner sa version des faits.

Et les pêcheurs ?

Avec la lutte fratricide au sein de la CGTM (Confédération Générale du Travail de Martinique), concernant le CE de la CGSS, cette lutte au sein de la SAPEM met en évidence un véritable combat d'egos.

Les syndicats sont censés défendre les travailleurs. En Martinique, ils apparaissent de plus en plus comme un moyen d'accéder à un certain pouvoir, flattant l'ego des uns ou des autres.

Ces luttes intestines décrédibilisent de plus en plus le combat syndical, faisant oublier la vertu première d'un syndicat : la défense des droits des travailleurs.

Maintenant, une seule question se pose : et les marins-pêcheurs dans tout ça ?

 

 

François LABETOULLE

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire